Consult
8 septembre 2017
Industrie 4.0 : embaucherez-vous bientôt des robots ?
Industrie 4.0 : embaucherez-vous bientôt des robots ?

Industrie 4.0 : embaucherez-vous bientôt des robots ?

Près de la moitié des employeurs s’attend à ressentir l’impact de la robotisation dans les 3 à 5 ans.

L’Industrie 4.0 représente une nouvelle étape dans la robotisation et l’automatisation grâce à des machines intelligentes qui évoluent vers une intelligence artificielle. Cette évolution s’accompagne d’une numérisation accrue, de développements toujours plus rapides et exhaustifs ainsi que de l’analyse et de l’utilisation de gros volumes de données (ou du big data). Cette numérisation et cette robotisation offrent des possibilités de nouveaux collaborateurs en conséquence d’une augmentation de la production et du besoin de compétences spécifiques.

Les employeurs chercheront donc de nouveaux collaborateurs, mais s’attendent d’autre part également à devoir licencier une partie de leur personnel. Globalement, des emplois seront donc perdus.

Nouvelles compétences spécifiques

Bien que ces prochaines années, les employeurs chercheront leur salut dans les nouvelles technologies pour résoudre les défis concernant le vieillissement de la population et la pénurie sur le marché de l’emploi, ces nouvelles technologies vont encore accroître les tensions sur le marché de l’emploi. Ordinateurs et robots devraient également reprendre un nombre croissant de tâches. Les CEO estiment tout de même qu’ils devront chercher du personnel. Selon notre étude réalisée auprès de 469 CEO et membres de la direction, 8 employeurs sur 10 déclarent que l’Industrie 4.0 entraînera des embauches supplémentaires, car :

  • La production augmente.
  • Le contenu des emplois évolue, des personnes dotées d’autres compétences seront donc nécessaires.

Au vu de la pénurie actuelle et la demande croissante de flexibilité sur le marché de l’emploi, les employeurs devront chercher une partie des nouvelles capacités auprès de leurs collaborateurs actuels. Ils feraient donc bien de répertorier les talents de leurs collaborateurs afin de les exploiter au maximum dans cette réalité changeante. Les formations joueront également un rôle crucial dans la réorganisation des ressources selon les nouvelles exigences de fonction.

Il ressort cependant de l’étude que les membres de la direction estiment que la somme des pertes d’emplois et la création de nouveaux emplois déboucheront sur moins de membres du personnel. 8 CEO sur 10 estiment ainsi devoir licencier plus de 5 % de leur personnel, tandis que seuls 55 % d’entre eux prévoient d’embaucher plus de 5 % de nouveaux membres du personnel.

% des personnes interrogées qui prévoient une croissance ou une réduction proportionnelle du personnel en raison de l’Industrie 4.0.

Notre étude montre que les entreprises tiennent compte de la numérisation. Les CEO pensent que l’impact se fera le plus ressentir dans :

  1. Le secteur de l’industrie ;
  2. Le secteur des banques et des assurances ;
  3. Le secteur des services.

Près de la moitié des membres de la direction estiment que l’impact de la quatrième révolution industrielle se fera déjà ressentir sur leur propre organisation d’ici 3 à 5 ans, voire dans plus de 5 ans pour 41 % d’entre eux.

Mise à jour du cadre autour du Travail faisable et maniable

Les mesures prises par Kris Peeters constituent les premiers pas dans la bonne direction, mais ne sont pas assez élaborées pour combler les nouveaux besoins auxquels les entreprises devront satisfaire. Le nouveau cadre légal devra ainsi s’aligner davantage sur la quatrième révolution industrielle, de sorte que les employeurs deviennent plus maniables et puissent s’adapter plus rapidement à ce nouvel environnement.

En savoir plus ?

Contactez-nous.