Consult
4 Avril 2019
Mobilité : les principales différences régionales
Mobilité : les principales différences régionales

Mobilité : les principales différences régionales

7 travailleurs sur 10 estiment important de pouvoir décider eux-mêmes du contenu de leur package salarial. Surtout en matière de mobilité, nous aimons tenir nous-mêmes les ficelles. Les travailleurs belges sont de plus en plus sensibles à la gestion de leurs déplacements domicile-lieu de travail. C’est ce qui ressort de notre Baromètre de mobilité. Pour surprendre avec une offre de mobilité adaptée, vous avez donc tout intérêt à connaître les demandes en matière de mobilité dans votre région. Parce qu’une province n’est pas l’autre. Grand temps de rappeler les principales différences régionales en matière de mobilité.

Les longs trajets domicile-lieu de travail popularisent la voiture

La voiture ne séduit plus les Bruxellois, 48 % comptent encore (de temps en temps) sur leur bolide pour les déplacements domicile-lieu de travail. C’est le pourcentage le plus bas de Belgique. Pour les autres provinces, plus la distance domicile-lieu de travail que les travailleurs doivent parcourir est grande, plus la voiture est populaire. À Liège, 93,9 % des travailleurs prennent généralement la voiture pour aller travailler, dans le Hainaut, ils sont 92,9 %, à Namur, 91,3 % et dans le Brabant wallon, 87,9 %. La distance que les collaborateurs doivent parcourir quotidiennement dans ces provinces est aussi plus grande, respectivement : 24 km, 28 km, 28 km et 25 km. Une distance pour laquelle la majorité prend donc encore le volant.

Quid des transports en commun ?          

Les transports en commun sont le deuxième moyen le plus populaire, après la voiture, pour effectuer le trajet domicile-lieu de travail en Brabant wallon. 9,9 % des travailleurs y utilisent régulièrement le train, le tram, le bus ou le métro et dépassent ainsi la moyenne nationale de 8 %. Si les transports en commun obtiennent un bon résultat en Brabant wallon, ils conquièrent véritablement la Région de Bruxelles-Capitale. Pas moins de 43,3 % des travailleurs y empruntent régulièrement le train, le tram, le bus ou le métro pour atteindre leur lieu de travail, sans compter les fonctionnaires. Liège (4,5 %), le Hainaut (5,3 %) et Namur (7,2 %) restent cependant encore en dessous de la moyenne nationale de 8 %.

Répondez aux besoins (de mobilité)  

Quelle que soit la manière dont vos travailleurs se rendent sur leur lieu de travail, la mobilité est de plus en plus souvent le meilleur appât que vous puissiez utiliser. Surtout en ces temps de pénurie sur le marché de l’emploi, il est important d’effectivement garder les talents. Et il va sans dire que satisfaction et loyauté vont de pair. En répondant aux besoins (de mobilité) individuels de vos collaborateurs, vous aurez certainement une longueur d’avance. Investissez donc dans un plan cafétéria avec une politique de mobilité bien réfléchie. Découvrez comment cela fonctionne concrètement ici.