Consult
5 juin 2018
Quels sont les effets de la numérisation et de la robotisation ? Comment rester dans le coup ?
Quels sont les effets de la numérisation et de la robotisation ? Comment rester dans le coup ?

Quels sont les effets de la numérisation et de la robotisation ? Comment rester dans le coup ?

Nous avons interrogé 1700 travailleurs sur les effets de la robotisation et de la numérisation sur leur travail et leur fonction. La plupart d’entre eux envisagent l’avenir plutôt avec optimisme. Ainsi, seul 1 travailleur sur 6 craint provisoirement une perte d’emploi à cause de la numérisation du monde du travail. Un travailleur sur quatre pense même que la numérisation et la robotisation rendront le travail plus intéressant. Cependant, 59 % des travailleurs sondés sont conscients qu’acquérir de nouvelles connaissances et compétences sera indispensable pour survivre sur un marché du travail numérisé. Si des organisations souhaitent rapidement sauter dans le train des avancées technologiques et novatrices, la clé du succès résidera dans la formation en continu tant à l’initiative de l’employeur qu’à celle du travailleur. Nous vous donnons déjà 2 conseils à emporter pour rester dans le coup.

Accent sur la formation

79 % des employeurs prévoient que l’introduction de nouvelles technologies aura un impact important sur les emplois disponibles dans les 5 prochaines années. Ils s’attendent à avoir besoin de nouvelles compétences spécifiques afin de pouvoir réagir rapidement, en tant qu’organisation, aux avancées technologiques et novatrices. Le monde du travail actuel évolue en effet à un rythme effréné tout comme les connaissances et compétences nécessaires. Réagir ne veut pas forcément dire se lancer dans une recherche laborieuse de nouveaux talents. Les employeurs peuvent aussi choisir de se concentrer sur les talents déjà présents dans l’organisation et sur leur formation pour correspondre aux profils recherchés.

Les travailleurs réalisent déjà eux-mêmes que la formation continue est une condition sine qua non pour survivre sur un marché du travail numérisé. 63 % sont confiants que leur employeur leur proposera les formations nécessaires pour pouvoir l’affronter. Pour pouvoir parler de réussite, les initiatives doivent toutefois émaner des deux parties. Les travailleurs sont en effet le moteur dans leur fonction.              
Le fait que 52 % des travailleurs sondés pensent qu’ils devront en outre investir eux-mêmes dans leur formation pour pouvoir suivre la robotisation et la numérisation est certainement un bon point. De plus, une enquête de la KUL démontre que les collaborateurs dans lesquels l’employeur investit restent également plus longtemps au travail.            
 

Oubliez la « correspondance à 100 % entre le candidat et l’offre d’emploi » 

Le marché de l’emploi évolue rapidement. Les fonctions ont une certaine date de péremption et la pénurie grandissante sur le marché de l’emploi met les employeurs à l’épreuve. Se détacher des descriptions de fonction statiques en vaut donc la peine. Les fonctions évoluent en effet à un rythme effréné tout comme les connaissances et compétences nécessaires.                
Montrez-vous donc créatif en tant qu’employeur et partez toujours de l’individu dans votre stratégie de recrutement. Examinez principalement les talents et la motivation du candidat potentiel et dans quelle mesure ses compétences et aptitudes viennent compléter les talents déjà présents. Une stratégie de recrutement dans cet état d’esprit répond le mieux aux besoins de l’équipe et de l’organisation.
Qui plus est, vous augmentez l’agilité de l’organisation en vous détachant des descriptions de fonction rigides et vous facilitez grandement la mobilité au sein de l’organisation.

 

Besoin de davantage de conseils ? Contactez-nous.

En savoir plus ?

Contactez-nous.