Consult
6 Avril 2018
Négocier un salaire : 3 conseils pour les employeurs
Négocier un salaire : 3 conseils pour les employeurs

Négocier un salaire : 3 conseils pour les employeurs

Une enquête d’Acerta révèle que la fin du gel des salaires et le retour à la normale de l’économie font en sorte que la tension salariale est à la hausse. En 2017, la tension salariale a grimpé de 2,72 à 2,81. Cela signifie donc que la différence entre les salaires les plus élevés et les plus bas est la plus haute de ces six dernières années. L’augmentation est générale, que l’on prenne le marché de l’emploi en général, ou que l’on sépare les ouvriers des employés, les hommes des femmes, en fonction des régions ou des secteurs... Cependant, cette tension – comme le mot l’indique – salariale croissante signifie également que davantage de collaborateurs vont négocier leur salaire. Vous ne devez cependant pas toujours négocier en monnaie sonnante et trébuchante. Voici 3 conseils pour mieux aborder vos négociations.

1er conseil : Proposez des packages salariaux sur mesure

Une enquête menée auprès de travailleurs nous apprend que 70 % d’entre eux estiment qu’avoir leur mot à dire à propos du package salarial est important, voire très important pour leur décision de rester chez un employeur. Ce n’est pas par hasard que nous parlons d’un package salarial. Aujourd’hui, la notion de « rémunération » inclut plus que le simple salaire / l’argent. Les travailleurs veulent avoir davantage voix au chapitre, et surtout concernant la proportion de salaire, d’avantages extralégaux, de mobilité et de temps libre. Cela signifie que vous pouvez réellement faire la différence en créant une politique salariale où le collaborateur fait ses choix de rémunération en fonction de ses besoins individuels. Un tel plan ne doit en outre rien coûter de plus à l’entreprise.

2e conseil : Misez sur une politique de bonus constructive

Depuis 2018, vous disposez d’un atout supplémentaire : la prime bénéficiaire. Grâce au régime des avantages non récurrents liés aux résultats, vous pouvez déjà déterminer des objectifs collectifs et octroyer une prime avantageuse sur le plan (para)fiscal depuis plusieurs années. La prime bénéficiaire vous offre une possibilité supplémentaire si vous souhaitez explicitement faire bénéficier vos travailleurs d’une partie des bénéfices de l’entreprise. Cependant, si vous fixez au préalable des objectifs individuels qui entraînent des bonus individuels, vous pouvez en augmenter la valeur pour vos travailleurs. Pour ce faire, vous convenez avec eux à l’avance que ce bonus sera octroyé sous forme de warrants. Au final, vous pourrez offrir un bonus net plus élevé au travailleur.

Vous avez ainsi d’autres atouts en main, non seulement pour attirer de nouveaux talents, mais aussi pour valoriser et impliquer davantage les bons collaborateurs dans votre organisation.

En matière de bonus, il reste une marge importante. Les chiffres d’Acerta* montrent qu’à peine un petit 30 % des employés du secteur marchand reçoivent un bonus. Les collègues ouvriers et les travailleurs du secteur non marchand n’en bénéficient (presque) pas. Sur le plan des bonus, de nombreuses opportunités RH s’offrent encore aux employeurs, tant au niveau de la forme que du champ d’application.

3e conseil : Payez le bon salaire

Lorsque l’économie se porte mieux, les collaborateurs pensent vite qu’ils doivent pouvoir prétendre à un salaire supérieur. Ils vous présentent des comparaisons rendues publiques sur les salaires qui devraient être payés pour des fonctions semblables à celles qu’ils exercent. Ou ils avancent qu’ils ont entendu des informations concernant un certain salaire dans leur entourage. En tant qu’employeur, il est important que vous puissiez vous appuyer sur des chiffres objectifs à ce moment-là. Grâce au SalaryBenchmark* d’Acerta, vous pouvez constater le salaire du marché sur la base de chiffres objectifs. Vous déterminez ainsi le marché qui est pertinent pour vous : la taille de l’entreprise selon le nombre de travailleurs et le chiffre d’affaires, mais aussi selon son domaine d’activités, sa localisation... ainsi que la fonction exercée par le travailleur et le domaine dans lequel il est occupé déterminent ce qui doit constituer un salaire correct et conforme au marché pour ce travailleur.

Plus d’infos ? Découvrez le SalaryBenchmark !

* Acerta a analysé la politique de bonus de 2016 et 2017 auprès de 40 000 employeurs.

* pour ses résultats, le SalaryBenchmark d’Acerta se base sur plus de 600 000 données en matière de salaire, ainsi que sur les données de plusieurs autres études salariales.

En savoir plus ?

Contactez-nous.